LiDAR forestier (jpg - 53 Ko)

Survol LiDAR de la Déodatie

Le  LiDAR aérien est une technologie utilisant un laser aéroporté pour reconstituer finement une image en 3D du relief du sol et des peuplements forestiers. On combine pour cela les données LiDAR à des relevés de terrain dans des modèles : il s'agit de calculs statistiques permettant de convertir les nuages de points 3D en informations quantitatives, pour  produire des cartographies continues de variables forestières telles que la hauteur dominante ou la surface terrière.

Acquisition des données

LiDAR et terrain en Déodatie (png - 1986 Ko)

Placettes de calibration et trajectoire de vol

Une acquisition de données issues du LiDAR aérien, commandée pour le projet CARTEFOR, a été effectuée à l’occasion d’un survol mi-avril 2018. Des relevés de terrain ont été effectués entre avril 2018 et janvier 2019 par des équipes mixtes ONF-CRPF dans 189 placettes de calibration réparties dans les grands types de peuplements représentatifs des forêts publiques et privées du territoire de la Déodatie.


Mesure de hauteur au vertex (png - 141 Ko)

Sur ces placettes de calibration, de 15m de rayon, tous les arbres « précomptables » de plus de 15 cm de diamètre ont fait l’objet des mesures suivantes : localisation relative par rapport au centre de la placette, essence, circonférence à 1.30m de hauteur. La hauteur des six plus gros arbres de la placette a également été mesurée à l’aide d’un dendromètre, ainsi que leur statut dans le peuplement (dominant ou co-dominant). 


Modélisation des paramètres dendrométriques

Chaîne de traitement Computree utilisée dans computree par l'ONF (png - 232 Ko)

Détection des apex et segmentation des houppiers dans la chaîne de traitement Computree ONF

La modélisation et la cartographie des paramètres forestiers a été réalisée par les équipes du département RDI de l’ONF et le laboratoire Agro-BioTech de l’Université de Liège-Gembloux. Mesures prises sur le terrain et données LiDAR ont ainsi alimenté leurs chaînes de traitement des données.

Une première étape consiste à identifier des apex, c'est à dire les points les plus hauts dans la canopée, correspondant approximativement à la cime des arbres et à regrouper les points LiDAR correspondant potentiellement à un même arbre. Pour chaque individu ainsi détecté, on calcule des indicateurs de hauteur, de surface, de volume et de forme du houppier. Ensuite une phase d'appariement fait correspondre chaque arbre positionné et mesuré sur le terrain avec un individu détecté dans le nuage de points LiDAR. Des modèles statistiques, permettant de caractériser l’essence et le diamètre de l’arbre sont ensuite calibrés à partir de cet échantillon apparié. 

 

Puis les variables dendrométriques sont calculées par placette de 700 m2, en faisant la somme ou la moyenne des paramètres évalués pour tous les apex présents sur une placette. 

 


Masque forestier et cartes dendrométriques (png - 1818 Ko)

Parmi les modèles obtenus par les équipes de l’ONF et d’Agro-BioTech, la hauteur dominante (Ho) a été évaluée avec une erreur moyenne d’un peu plus d’1m, la surface terrière (G) a été évaluée avec une erreur moyenne de 6 à 7 m2/ha et le volume bois fort (Vha) avec une erreur moyenne de 65 m3/ha.

Les variables dendrométriques ont été évaluées et cartographiées sur tous les peuplements forestiers pré-comptables de la zone, avec un maillage de 700 m2.